The founders

english // français

images ulule3

The NGO KAPÉ was founded on August 11th, 2016 by Alice Adrien and Florence Goupil. The project is born from a strong friendship and the same love for Peru, the Amazon and the Shipibo-Conibo people.

The founders

Florence Goupil is a photographer and graphic designer of French-Peruvian descent who originates from Cuzco. She has lived most of her life in Peru and has traveled to its most remote edges since she was a girl. Despite pursuing her studies in France, she has always come back to her roots, striving to explore her homeland and reveal its beauty and mysteries through photography.

Before meeting the Shipibo-Conibo in the Peruvian Amazon, Alice Adrien was a philosophy teacher in suburban Paris. While being born and raised in France, she always longed to explore broader horizons : a school trip to Peru when she was a girl had made a deep impression and she dreamed of going back. It was during a seven-month solo trip to South America in 2012 that she met Florence in Lima through mutual acquaintances. The two women immediately bonded over their common love for Latin America.

Meeting the Shipibo-Conibo

During the summer of 2012, they befriended a member of the Shipibo-Conibo named Gabriel and traveled with him to Bethel, a remote village in the Peruvian Amazon that is home to a small community of Shipibos. The journey was a game changer for both of them. Having witnessed the damage caused by deforestation and oil drilling, they decided to help the Shipibos and create an NGO. To raise the necessary funds, they established their first project : a book compiling a series of portraits of the Shipibo.

The two women combined their respective talents : Florence worked as photographer, Alice as producer. Alice used her extensive network to start looking for contacts that would help them achieve their project.

The journey didn’t only mark the beginning of a compelling artistic and humanitarian project : it also changed their lives on a personal level. Touched by the kindness and knowledge of the Shipibo women, Alice realised she no longer wanted to teach philosophy. When she returned to France, she started training to become a midwife. It is her dream to return to the Peruvian Amazon and learn with the Shipibo women.

Koman Kenia and the birth of Kapé

Florence returned every year to the Shipibo community to take their portraits. She would be the one to discover Koman Kenia and the sacred lake with Gabriel in May 2016. This encounter would be key in defining the actual goals and scope of the NGO. While they deeply wished to help all of the Shipibo-Conibo people, Alice and Florence knew that as a young two-person association they first had to act on a smaller scale. Thus they decided to focus on the Koman Kenia community and help them preserve their sacred lake.

The lake is the essential source of the Koman Kenia’s history, knowledge and even raison d’être : as its guardians, it is their sacred duty to protect it at all costs. To preserve the Koman Kenia’s culture and traditions, protecting the lake is key.

The NGO was officially created in August 2016, four months after Florence’s trip to Koman Kenia.

Where are they now ?

Alice currently works as a childbirth coach and lives in Canada with her two young children. Florence works as a freelance photographer in Bruxelles and will return to Koman Kenia in June 2017.


 

images ulule3

L’ONG KAPÉ a été fondée le 11 août 2016 par Alice Adrien et Florence Goupil. Le projet est né d’une amitié forte et d’un même amour pour le Pérou, l’Amazonie et le peuple Shipibo-Conibo.

Les fondatrices

Florence Goupil est une photographe et graphiste franco-péruvienne originaire de Cuzco. Elle a vécu presque toute sa vie au Pérou et n’a cessé d’explorer ses moindres recoins depuis toute petite. Bien qu’elle ait fait ses études en France, elle est toujours revenue à ses racines, s’efforçant de révéler la beauté et les mystères de son pays natal à travers la photographie.

Avant de rencontrer les Shipibos-Conibos en Amazonie, Alice Adrien était professeure de philosophie en banlieue parisienne. Même si elle est née et a grandi en France, elle a toujours eu le désir d’explorer d’autres horizons : un voyage scolaire au Pérou dans son enfance lui avait laissé une forte impression et elle rêvait d’y retourner.

En 2012, elle a donc entrepris un voyage en solo de 9 mois en Amérique du Sud. C’est là qu’elle a rencontré Florence à Lima, par le biais de connaissances communes. Les deux femmes ont tout de suite noué une forte amitié, unies par un même amour de l’Amérique latine.

Rencontre avec les Shipibo-Conibo

Pendant l’été 2012, Alice et Florence firent la connaissance de Gabriel, un membre des Shipibos-Conibos, et voyagèrent avec lui jusqu’à Bethel. Bethel est un village reculé en Amazonie péruvienne qui abrite une petite communauté shipibo.

Le voyage changea la donne pour elles deux. Ayant vu de près les dégâts causés par la déforestation et l’extraction de pétrole, elles décidèrent de créer une ONG pour aider les Shipibos. Pour lever les fonds nécessaires, elles conçurent leur premier projet : un livre racontant l’histoire des Shipibos au travers d’une série de portraits.

Les deux femmes unirent leurs talents respectifs. Florence travaillerait en tant que photographe, Alice comme productrice. Alice commença à mettre à profit son vaste réseau pour trouver des contacts qui les aideraient à réaliser leur projet.

Le voyage ne marqua pas seulement le début d’un fascinant projet artistique et humanitaire : il transforma aussi leurs vies d’une manière personnelle. Touchée par la gentillesse et le savoir des femmes shipibos, Alice réalisa qu’elle ne souhaitait plus enseigner la philosophie. A son retour en France, elle commença à étudier pour devenir sage-femme.

Rencontre avec les Koman Kenia et naissance de Kapé

Florence retourna tous les ans au sein de la communauté shipibo pour faire leurs portraits. Elle découvrit Koman Kenia et la lagune sacrée avec Gabriel en mai 2016. Cette rencontre fut décisive pour définir la portée et les objects précis de l’ONG.

Tout en souhaitant profondément aider l’ensemble du peuple Shipibo-Conibo, Alice et Florence savaient qu’en tant que jeune association composée de deux personnes, elles devraient d’abord agir à plus petite échelle. Elles firent donc le choix de se concentrer sur la communauté Koman Kenia pour les aider à préserver leur lagune sacrée.

La lagune est la source essentielle de l’histoire des Koman Kenia, leur savoir et même leur raison d’être : ce sont ses gardiens depuis des siècles et ils ont le devoir de la protéger à tout prix. Préserver la lagune est nécessaire pour sauvegarder la culture des Koman Kenia.

L’ONG fut officiellement créée en août 2016, quatre mois après le voyage de Florence à Koman Kenia.

Que font-elles aujourd’hui ?

Alice travaille actuellement comme doula (accompagnatrice de femmes enceintes) et vit au Canada avec ses deux jeunes enfants. Son rêve est de revenir en Amazonie péruvienne afin d’apprendre auprès des femmes shipibos. Florence est photographe indépendante à Bruxelles ; il est prévu qu’elle retourne à Koman Kenia en juin 2017.